Address by the Prime Minister on the Chinese Head Tax Redress

Address by the Prime Minister on the Chinese Head Tax Redress
22 June 2006
Ottawa, Ontario

Notes for an Address by
The Right Honourable Stephen Harper
Prime Minister of Canada

PLEASE CHECK AGAINST DELIVERY

Mr. Speaker, I rise today to formally turn the page on an unfortunate period in Canada’s past.

One during which a group of people – who only sought to build a better life – was repeatedly and deliberately singled out for unjust treatment.

I speak, of course, of the head tax that was imposed on Chinese immigrants to this country, as well as the other restrictive measures that followed.

The Canada we know today would not exist were it not for the efforts of the Chinese labourers who began to arrive in the mid-nineteenth century.

Almost exclusively young men, these immigrants made the difficult decision to leave their families behind in order to pursue opportunities in a country halfway around the world they called “gold mountain.”

Beginning in 1881, over 15,000 of these Chinese pioneers became involved in the most important nation-building enterprise in Canadian history – the construction of the Canadian Pacific Railway.

From the shores of the St. Lawrence, across the seemingly endless expanses of shield and prairie, climbing the majestic Rockies, and cutting through the rugged terrain of British Columbia,

– This transcontinental link was the ribbon of steel that bound our fledgling country together.

It was an engineering feat –one for which the back-breaking toil of Chinese labourers was largely responsible-

– That was instrumental to the settlement of the West and the subsequent development of the Canadian economy.

The conditions under which these men worked were at best harsh, and at times impossible: tragically, some one thousand Chinese labourers died building the CPR.

But in spite of it all, these Chinese immigrants persevered, and in doing so, helped to ensure the future of Canada.

But from the moment that the railway was completed, Canada turned its back on these men.

Beginning with the Chinese Immigration Act of 1885, a head tax of $50 was imposed on Chinese newcomers in an attempt to deter immigration.

Not content with the tax’s effect, the government subsequently raised the amount to $100 in 1900, and then to $500 – the equivalent of two years’ wages – in 1903.

This tax remained in place until 1923, when the government amended the Chinese Immigration Act and effectively banned most Chinese immigrants until 1947.

Similar legislation existed in the Dominion of Newfoundland, which also imposed a head tax between 1906 and 1949, when Newfoundland joined Confederation.

The Government of Canada recognizes the stigma and exclusion experienced by the Chinese as a result.

We acknowledge the high cost of the head tax meant many family members were left behind in China, never to be reunited, or that families lived apart and, in some cases, in poverty, for many years.

We also recognize that our failure to truly acknowledge these historical injustices has led many in the community from seeing themselves as fully Canadian.

Therefore, Mr. Speaker, on behalf of all Canadians and the Government of Canada, we offer a full apology to Chinese Canadians for the head tax and express our deepest sorrow for the subsequent exclusion of Chinese immigrants.

Gar nar dai doe heem.

This apology is not about liability today: it is about reconciliation with those who endured such hardship, and the broader Chinese-Canadian community,

– One that continues to make such an invaluable contribution to our great country.

And while Canadian courts have ruled that the head tax, and immigration prohibition, were legally authorized, we fully accept the moral responsibility to acknowledge these shameful polices of our past.

For over six decades, these race-based financial measures, aimed solely at the Chinese, were implemented with deliberation by the Canadian state.

This was a grave injustice, and one we are morally obligated to acknowledge.

To give substantial meaning to today’s apology, the Government of Canada will offer symbolic payments to living head tax payers and living spouses of deceased payers.

In addition, we will establish funds to help finance community projects aimed at acknowledging the impact of past wartime measures and immigration restrictions on ethno-cultural communities.

No country is perfect. Like all countries, Canada has made mistakes in its past, and we realize that.

Canadians, however, are a good and just people, acting when we’ve committed wrong.

And even though the head tax – a product of a profoundly different time — lies far in our past, we feel compelled to right this historic wrong for the simple reason that it is the decent thing to do, a characteristic to be found at the core of the Canadian soul.

Mr. Speaker, in closing, let me assure the House that this government will continually strive to ensure that similar unjust practices are never allowed to happen again.

We have the collective responsibility to build a country based firmly on the notion of equality of opportunity, regardless of one’s race or ethnic origin.

Our deep sorrow over the racist actions of our past will nourish our unwavering commitment to build a better future for all Canadians.

Thank you.

http://www.pm.gc.ca/eng/media.asp?id=1220

***

Allocution du Premier ministre sur la réparation pour la taxe d’entrée imposée aux Chinois
22 juin 2006
Ottawa (Ontario)

Notes pour une allocution du
très honorable Stephen Harper
Premier ministre du Canada

LE DISCOURS PRONONCÉ FAIT FOI

Monsieur le Président, je m’adresse aujourd’hui à la Chambre pour officiellement tourner la page d’un chapitre malheureux de l’histoire canadienne.

Durant cette période, un groupe de personnes – qui ne cherchaient qu’une vie meilleure – a été maintes et maintes fois ciblé, et ce, délibérément, pour des traitements injustes.

Je parle, bien sûr, de la taxe d’entrée imposée aux Chinoises et aux Chinois qui ont immigré dans ce pays ainsi que des autres mesures restrictives qui ont suivi.

Le Canada que nous connaissons aujourd’hui ne serait pas ce qu’il est sans les efforts des travailleuses et des travailleurs chinois qui ont commencé à arriver au milieu du dix-neuvième siècle.

Presque exclusivement des jeunes hommes, ces immigrants ont pris la décision difficile de quitter leur famille pour tenter leur chance à l’autre bout du monde dans un pays qu’ils appelaient la « montagne dorée ».

À partir de 1881, plus de 15 000 de ces pionniers chinois ont été associés à la plus grande construction de la nation qu’ait connu notre histoire – je veux parler de la construction du chemin de fer Canadien Pacifique.

Des rives du Saint-Laurent, en passant par les étendues sans fin du bouclier et des prairies, à travers les majestueuses Rocheuses et les terrains accidentés de la Colombie-Britannique,

– ce lien transcontinental a été la structure d’acier qui a soudé notre pays naissant.

Il s’agissait d’un exploit d’ingénierie,

– qui a contribué à la colonisation de l’Ouest, puis au développement de l’économie canadienne,

– et un exploit accompli essentiellement à la sueur de ces ouvriers chinois.

les conditions dans lesquelles ces immigrants chinois travaillaient étaient au mieux très pénibles et quelquefois impossibles :
à peu près un millier d’entre eux ont tragiquement laissé la vie dans la construction de ce chemin de fer.

Et malgré tout, ces immigrants chinois ont persévéré, contribuant ainsi à assurer l’avenir du Canada.

Mais dès que le chemin de fer a été terminé, le Canada leur a tourné le dos.

Tout d’abord, aux termes de la Loi de l’immigration chinoise de 1885, une taxe d’entrée de 50 $ a été imposée aux Chinoises et aux Chinois pour les dissuader d’immigrer.

Non content des conséquences de cette taxe, le gouvernement l’a haussée à 100 $ en 1900, puis à 500 $ – soit l’équivalent de deux ans de salaire – en 1903.

Cette taxe est restée en vigueur jusqu’en 1923, année où le gouvernement a modifié la Loi de l’immigration chinoise fermant effectivement la porte à la quasi-totalité des Chinoises et des Chinois jusqu’en 1947.

Le dominion de Terre-Neuve avait une loi semblable en vertu de laquelle une taxe d’entrée était imposée entre 1906 et 1949, année où cette province est entrée dans la confédération.

Le gouvernement du Canada reconnaît les stigmates et l’exclusion subies à cette occasion par les Chinoises et les Chinois.

Nous reconnaissons le coût élevé que représentait cette taxe pour les nombreux parents restés en Chine et qui n’avaient pu se retrouver,

– ou quelquefois avaient vécu séparés dans l’extrême pauvreté pendant de nombreuses années.

Nous reconnaissons aussi que le fait de ne pas réellement reconnaître des injustices historiques a empêché nombre d’entre eux de se sentir pleinement Canadiennes et Canadiens.

Par conséquent, Monsieur le Président, au nom de tous les Canadiens et du gouvernement du Canada nous présentons des excuses complètes aux Canadiennes et aux Canadiens d’origine chinoise pour la taxe d’entrée

– et nous sommes profondément désolés de l’exclusion des immigrants qui a suivi.

gar nar dai doe heem.

Il ne s’agit pas aujourd’hui de reconnaître notre responsabilité – mais de nous réconcilier avec ceux qui ont enduré de si grandes difficultés et avec l’ensemble de la communauté sino-canadienne,

– qui continue d’apporter une si précieuse contribution à notre grand pays.

Si les tribunaux canadiens ont jugé légaux la taxe d’entrée et l’interdiction d’immigrer, nous acceptons pleinement la responsabilité morale de reconnaître ces politiques honteuses de notre passé.

Pendant plus de six décennies, ces mesures financières vexantes visant exclusivement les Chinoises et les Chinois ont été délibérément appliquées par l’État canadien.

Il s’est agi d’une grave injustice, injustice que nous avons l’obligation morale de reconnaître.

Afin de donner plus de poids aux excuses d’aujourd’hui, le gouvernement du Canada offrira des paiements symboliques aux personnes qui ont été soumises à la taxe d’entrée et qui sont encore vivantes et aux conjoints de celles qui sont décédées.

Par ailleurs, nous établirons un fonds pour participer au financement de projets communautaires visant à reconnaître la portée des mesures de guerre passées et les restrictions apportées à l’immigration des communautés ethnoculturelles.

Aucun pays n’est parfait.

Comme tous les autres, le Canada a commis des erreurs par le passé. Nous en sommes conscients.

Toutefois, le peuple canadien est juste et bon, et il prend des mesures réparatrices lorsqu’il s’est trompé.

Même si la taxe d’entrée – produit d’une époque profondément différente de la nôtre – remonte à un passé lointain, nous nous sentons tenus de réparer ce tort historique pour la simple raison qu’il est en notre devoir de le faire, ce que nous dicte l’esprit canadien.

En terminant, Monsieur le Président, permettez-moi d’assurer aux membres de la Chambre que notre gouvernement continuera de s’efforcer de faire en sorte que pareilles mesures injustes ne soient plus jamais appliquées.

Nous sommes tous responsables de bâtir un pays fermement fondé sur la notion d’égalité des chances, sans égard à la race ou à l’origine ethnique.

Les profonds regrets que nous inspirent les mesures racistes de notre passé stimuleront notre engagement indéfectible à construire un avenir meilleur pour l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens.

Je vous remercie.

http://www.pm.gc.ca/fra/media.asp?id=1220

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: